Macarons à la framboise

Macarons à la framboise

Après un épisode « régime », précédent la saison des mariages, on se remet aux gourmandises. Vous avez été nombreux à me la réclamer, la voici, la voilà : la recette des macarons.

J’ai choisi la framboise parce que j’aime le rose ; pour changer de saveur, il suffira simplement de changer la garniture du macaron. Je vous proposerez dans les temps qui viennent d’autres idées délicieuses.

Ca fait maintenant plusieurs mois que je perfectionne cette recette de macarons, et je pense avoir enfin trouvé la préparation qui vous fera tous craquer.

Ces petites mignardises fondantes et irresistibles ne sont pas si difficiles à réaliser qu’on ne le pense. Avec un peu de patience, tout le monde peut les réussir !

Ne désespérez pas, persévérez, et vivement l’heure du thé ! 

N’hésitez pas à me faire part de vos expériences et de vos idées…
Elles me permettent d’avancer, de m’améliorer, et de vous proposer des recettes qui vous correspondent.

Ingrédients :

100 g de poudre d’amande
225 g de sucre glace
4 blancs d’oeufs tempérés (120 g)
50 g de sucre semoule
Colorant rouge
Confiture de framboise

Matériel :

Une balance
Un tamis
Un batteur électrique
Une spatule souple
Une poche à douille
Du papier sulfurisé
Deux plaques allant au four qui peuvent se superposer
… de la patience !!

Préparation :

  1. Pesez la poudre d’amande et le sucre glace, et mélangez les deux. Tamisez ce mélange. La poudre doit être la plus fine possible, sans morceaux, très fluide. C’est ce qui prend le plus de temps, mais c’est indispensable.
  2. Pesez les blancs d’oeufs pour avoir précisément 120 grammes. Lorsqu’ils deviennent mousseux, ajoutez 50 grammes de sucre semoule, et continuez de battre jusqu’à ce qu’ils deviennent très fermes.
  3. Versez le mélange de poudre sur les blancs en neige, et l’incorporer délicatement, à l’aide d’une spatule souple. Ne battez pas le tout comme une pâte à gateau, mais soulevez les blancs, tout en finesse !
  4. Prélevez une cuillère à soupe de la pâte à macarons, et mélangez avec le colorant jusqu’à ce qu’il soit bien pénétré. Renversez le tout dans la pâte à macarons, et continuez de mélanger délicatement.
    La pâte doit être lisse et brillante, souple mais pas liquide. Elle doit former un ruban quand on soulève la spatule.
  5. Remplissez la poche à douille de pâte à macarons. Formez des petites coques à intervales réguliers, en laissant un peu de place entre deux, sur deux ou trois plaques allant au four, recouvertes de papier sulfurisé. On superpose plusieurs plaques pour que les macarons gonflent plus. 
  6.  Préchauffer le four à 150° et laissez croûter les macarons à température ambiante environ une demi heure.
  7. Enfin, enfournez les macarons (toujours avec les deux plaques) 14 minutes.
    N’ouvrez pas le four avant la fin de la cuisson et priez pour qu’une jolie collerette se forme !
  8. Sortez les macarons et laissez-les refroidir complètement avant des les décoller du papier. Ils doivent se décoller très facilement, sans laisser de pâte sur le papier (continuez l’opération jusqu’à ce qu’il n’y ai plus de pâte). La couleur des macarons peut changer selon la cuisson, une minute de plus et ils seront un peu moins colorés.
  9. Il ne vous reste plus qu’à garnir les macarons. J’y ai mis de la confiture de framboise toute faite, mais vous pouvez aussi la faire vous même. Déposez une demi cuillère à café de confiture  sur une coque, et refermer avec une autre coque. Tournez légèrement les deux coques pour que la confiture s’étale bien, et pour bien souder le tout.
    Il est préférable de les laisser reposer quelques heures pour que le macaron soit bien solide. L’idéal serait même de les consommer le lendemain, mais cela n’est pas gagné…

 

   

    

   

    

REGALEZ-VOUS !! 

Mots clés : ,

Ajouter un commenatire





Bienvenue sur mon site, ici je partage avec vous, mes nouvelles recettes, mes petites astuces, mes plus grandes réussites, et mes pires défaites!
J'espère vous séduire avec mes gourmandises, et que vous aurez autant de plaisir à les déguster que j'en ai eu à les concevoir.

Sophie